alt-J à Bercy, un problème de taille

Hier soir, alt-J faisait escale à l’AccorHotels Arena pour un concert son et lumière qui a soufflé le chaud et le froid. Un pari trop ambitieux à mettre sur le compte du tourneur.

IMG_7083
La scène lumineuse d’alt-J

Quand le concert d’hier soir a été annoncé, l’été dernier, il avait provoqué l’étonnement. « alt-J à Bercy ?? Et pourquoi pas au Stade de France, tant qu’on y est » pouvait-on lire sur Twitter. Ce choix pour le moins surprenant est dû au nouveau tourneur du groupe: Live Nation. En effet, alt-J a décidé de signer chez le mastodonte mondial qui lui a fait miroiter une tournée alléchante dans les plus grosses salles européennes. Sauf que, même si alt-J jouit d’une bonne réputation critique et publique, les voir remplir une quinzaine de salles de 20 000 places est un peu compliqué… Surtout quand leur dernier album, le très bon Relaxerest passé inaperçu. Pour preuve à Madrid ou Barcelone, la semaine dernière, le groupe joue dans une salle à configuration réduite… et ce sera certainement la même chose plus tard à Berlin ou Zurich.

Paris n’a pas échappé à la règle: la scène a même été avancée jusqu’au milieu de la fosse pour essayer de combler les vides. Il devait y avoir au plus 7 ou 8000 personnes, de quoi remplir aisément un Zénith qui aurait été parfait pour leur concert. Mais alt-J est trop gourmand. Et le concert dans tout ça ? Déjà il y a deux ans, leur excellent concert à Rock en Seine se jouait sur une scène beaucoup trop petite et un public trop serré. Ils sont revenus avec une installation scénique plus ambitieuse où chaque membre est isolé dans son coin et restera immobile. C’est sûr, le trio n’est pas une bête de scène et se concentre davantage leur puissance musicale.

IMG_7106
Le groupe passe la plupart du concert dans la pénombre

Niveau set-list, le groupe laisse de côté son dernier disque (seulement 4 titres) et rejoue inlassablement les hymnes du premier. Entre les deux, il y eut le chef d’oeuvre This Is All Yours dont alt-J joua quelques pépites inattendues (Nara, The Gospel of John Hurt). Mais le tout, pourtant beau et planant, est joué assez machinalement et froidement (rares adresses au public). Il fût ainsi traversé de beaux moments, comme avec ce milieu de set où le groupe enchaîne ses meilleurs hymnes, comme le sublime Hunger of the Pine joué dans un silence religieux. Mais, comme redouté, le concert n’a duré 1h15 (ce qui est un peu osé surtout dans un si gros endroit), ce qui n’a pourtant semblé dérangé personne. Finalement, le groupe aura offert une performance de bonne facture mais gâché par sa trop courte durée et la taille de la salle: pour ce genre, il aurait plutôt fallu privilégier un Zénith ou une petite salle. On espère que le groupe reviendra à ce genre de salle pour son prochain passage parisien…

  1. Deadcrush
  2. Fitzpleasure
  3. Something Good
  4. Nara
  5. The Gospel of John Hurt
  6. In Cold Blood
  7. ❦ (The Ripe & Ruin)
  8. Tessellate
  9. Every Other Freckle
  10. Hunger of the Pine
  11. Bloodflood
  12. Matilda
  13. Dissolve Me
  14. Pleader
  15. Left Hand Free
  16. Taro
  17. Intro (An Awesome Wave)
  18. 3WW
  19. Breezeblocks
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s