Ghost in the Shell, le blockbuster a-t-il une âme ?

Après des mois de polémiques et de white-washing, l’adaptation made in USA d’un manga phare de la culture japonaise débarque en salles. Simple remake ou véritable évolution ? Verdict

scarlett-johansson-ghost-in-the-shell-the-major
1995 vs 2017

Après une adaptation de Blanche Neige à la sauce médiévale, Rupert Sanders s’attaque à un monument: Ghost in the Shell. Véritable univers décliné sur toutes les formes vidéo-ludiques, il a donné un film d’animation cultissime en 1995 (réalisé par Mamoru Oshii) qui a été la majeure inspiration pour un petit film de 1999, Matrix. Ainsi, d’une œuvre aussi iconique, comment en faire un live-action sans trahir sa substantifique moelle ni décevoir les fans ? La réponse est simple, faire à peu près la même chose. La technique, ayant été utilisé de nombreuses fois ces dernières années n’a jamais vraiment réussi (Jurassic World, Star Wars, Terminator) mais a souvent pour but de faire revivre la madeleine de Proust à un public nostalgique.

Les fans de l’animé seront donc en terrain connu. Trop peut-être à en croire les bandes annonces et premières critiques. Pourtant, le film de Sanders reste extrêmement attachant. En cela, le spectateur sortira certainement avec un sentiment mitigé: on ne sait pas s’il s’agit d’une simple et faiblarde transposition cinématographique ou si elle apporte une pierre à l’édifice ? S’il ne se défait jamais de l’ombre de l’œuvre originelle (dont il reprend la trame principale et les 3 grandes scènes d’action, en moins bien), Ghost in the Shell reste un très bon film rythmé et visuellement sublime. Il arrive à créer quelque chose de singulier dans un univers codé (et dont beaucoup d’éléments s’inspirent de Blade Runner), grâce à une mise en scène sobre et efficace et une excellente direction artistique: environnements, personnages, situations… Le tout semble à la fois usité et neuf pour notre plus grand plaisir.

o_zjrhhdzic44k2mrsxeylwmsih0ymdn
Un film visuellement sublime

Ce n’est certes pas le chef d’œuvre du siècle mais un film qui s’apprécie dans sa longueur au fil des scènes en nous invitant à nous plonger dans les profondeurs de l’âme qu’elle soit humaine ou robotique. Plongée dans une ville sublime estampillée cyberpunk, plongée visuellement fortes dans les derniers souvenirs d’un robot-geisha et plongée métaphysique dans une âme qu’elle soit robotique ou humaine. Là se pose la grande question philosophique qui n’est pas sans rappeler les mythes de Frankenstein et de Robocop: le cerveau humain dans un corps mécanique, la dialectique entre esprit et mécanique. Sauf qu’à contrario de l’animé de Mamoru Oshii, ces questions purtant primordiales du film de 1995 passent ici au second plan et l’on ne traite que certains éléments (principalement le passé du Major qui n’est pourtant pas un élément important de l’oeuvre originale) surlignés pour être compris, mais ne va jamais plus loin dans les multiples réflexions métaphysiques d’Oshii. Pour l’incarner, Scarlett Johansson apporte une beauté étrange à cet être hybride à la fois empli et vide d’émotions. Un grand écart que l’actrice de Lucy incarne avec talent.

Vous l’aurez compris, Ghost in the Shell reste un blockbuster efficace et rythmé. Si les fans de l’œuvre originelle n’en verront qu’un simple remake plan par plan (on ne leur jette pas la pierre) ce sont ses défauts et qualités qui font du film un très bon divertissement solide et attachant. Un envoûtant blockbuster qui se laisse agréablement voir, la bonne surprise cinématographique de ce mois de mars.

Petit bonus, la bande annonce du film ainsi qu’une musique du film signée du méconnu mais excellent Gary Numan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s