Harold Feinstein, une magnifique retrsopective

gtb_harold_feinstein_boy_with_sunglasses_1950-970x1024

 

Attention gros événement peu médiatisé ! Pour la première fois en Europe, est exposé une rétrospective consacré à l’un des plus génial et pourtant méconnu photographe américain du 20e siècle. Le tout à la Galerie Thierry Bigaignon, dans le 3e arrondissement parisien et gratuit qui plus est, que demande le peuple ?

Décédé il y a tout juste deux ans, Harold Feinstein reste célèbre en étant le plus jeune artiste (19 ans) à intégrer la prestigieuse collection du MOMA. Le photographe se dévoile ici via une quarantaine d’œuvres mis en vente pour la modique somme de 5000€.

L’exposition met l’accent sur les décennies 1940 et 1950 du travail de l’américain, mettant en avant un « optimisme contagieux », comme le précise la galerie. A travers de splendides photographies, sublimées par un noir et blanc simple mais transcendantal, Feinstein met en scène le quotidien, son quotidien : celui du Coney Island où il prend au débauché des passants de tout âge, de toute origine. Et avec cela, témoigner d’une époque de grands changements pour les Etats-Unis. L’empreinte de la guerre est toujours présente (avec sa série sur les GI et Marines partant ou revenant du front) mais les américains (ou plus précisément les New-Yorkais) célèbrent avec une joie insouciante une nouvelle époque, une nouvelle vie qu’ils veulent pleinement pacifistes. En cela, le travail de Feinstein rappelle celui de Garry Winogrand, qui avait l’objet d’une excellente exposition il y a trois ans au Musée du Jeu de Paume.

Ainsi, l’emploi du noir et blanc n’est pas anodin mais au contraire la grande force de ces photographies. Elles subliment les passants et la baie dont le regard fuyant ou perçant obsède le spectateur. Elles sont surtout d’un humanisme poignant, symbole d’une époque aujourd’hui lointaine mais magnifique.

 

4404516cf5166ac4b5f665c0ac8b02d4
Sheep Under Clouds, 1958

On retiendra aussi une des meilleures œuvres de la rétrospective, Sheep Under Clouds, est une véritable leçon de maître quant à l’utilisation des différentes nuances de noirs et blancs. La dernière œuvre de cette première partie rétrospective, nous montre une fin de journée de fête foraine. Et si l’œuvre de Feinstein était à apprécier comme un voyage doté d’une multitude d’attractions humanistes et bouleversantes ?

Le meilleur dans tout ça ? Ce n’est que la première partie de cette rétrospective qui s’étalera sur plusieurs années dit-on, une raison de plus de voir et revoir le travail trop méconnu et pourtant superbe de ce grand photographe américain.

Pour en savoir plus: http://www.thierrybigaignon.com/

Galerie Thierry Bigaignon

Hôtel de Retz, 9 rue Charlot, Paris III

Publicités

Une réflexion sur “Harold Feinstein, une magnifique retrsopective

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s