The Cure, just like a dream

Lors de leur dernier passage dans la capitale, la bande à Robert Smith avait littéralement transcendé Bercy d’un concert marathon de 42 chansons étalées sur plus de 3h30 de concert. La question était sur toutes les lèvres: pour son grand retour dans la toute neuve AccorHotels Arena, allaient-ils battre ce record ? Spoilers alert !

img_3381

 

Vu que leurs passages parisiens ont l’air d’être tous les huit ans, inutile de préciser que cette date affiche complet depuis des mois. Cette fois-ci, ils ne viennent pas faire la promotion d’un album mais bien pour balayer 40 ans de carrière. Une fois n’est pas coutume, la première partie officiée par les post-punk de The Twilight Sad fait son effet avec de bonnes chansons, très inspirées par Joy Division. Une heure plus tard, le mythique quintet monte sur scène: certes les années ont passé mais l’énergie et la fidélité du public est la même qu’il y a trente ans. Chaque soir, le groupe propose un set structuré autour d’un album culte: The Top, Dinsintegration ou Wish. Pour Paris, ce sera ce dernier qui sera mis à l’honneur encadré d’une belle flopée de tubes pop qui viendront réveiller la foule.

Le décor est sobre (cinq écrans en bande horizontales) mais on vient voir Cure pour la musique, pas pour un show pyrotechnique avec chorégraphies et mise en scène. Et la musique sera bien au centre avec cinq musiciens d’exception (dont un bassiste bondissant) même si Robert Smith restera très concentré et statique n’offrant que quelques « merci » timides à un public acquis dès les premières notes.

Wish est donc bien mis en valeur (les inusables Friday I’m In Love, High ou les structurés Open et End – forcément) mais la totalité de leur répertoire est balayé en l’espace de 31 titres sur près de trois heures. Non, The Cure ne battra pas sa performance de 2008 mais en donnera un concert tout aussi intense. D’ailleurs ils n’attendront pas longtemps pour balancer leurs tubes en rafales (le magique enchaînement Push – In Between Days) déclenchant une série de pogos en fosse.

img_3376

Pendant près de trois heures, The Cure va enchaîner les titres tous aussi magnifiques les uns que les autres, sans temps morts. Si quelques uns ont mal vieilli, on les pardonne facilement grâce à la grande technique musicale du groupe transcendant chaque morceau. Des highlights il y en a eu à la pelle, surtout dans les enchaînements: One Hundred Years – End plonge la salle dans une mélancolie rouge sang tandis que Play For Today – A Forest signe un grand moment de communion. Au troisième et dernier rappel, ils interpréteront leurs plus gros succès de Close To Me à Boys Don’t Cry pour un public jamais lassé. Au bout de 2h45, il est malheureusement l’heure de dire au revoir mais au son du public et au vu du visage satisfait de Robert Smith, ce fut décidément un grand soir.

Moqué ou ringardisé par certains, The Cure n’a pas fait faux-pas à sa prestigieuse réputation scénique mardi soir. Les 20 000 spectateurs sont ressortis époustouflés par cette prestation aussi magique qu’inoubliable. Même si les ultra-fans feront la moue par rapport à tel ou tel titre qu’ils ont (ou pas) joué, il n’empêche que The Cure reste l’un des rares groupes internationaux à se donner autant pour un public qui le lui rend bien. On espère juste qu’ils reviendront avant 2024 !

Set-List:

  1. Open
  2. All I Want
  3. Push
  4. In Between Days
  5. Primary
  6. Pictures of You
  7. High
  8. Lovesong
  9. Before Three
  10. A Night Like This
  11. The Walk
  12. Just Like Heaven
  13. Trust
  14. From The Edge of the Deep Green Sea
  15. The Hungry Ghost
  16. One Hundred Years
  17. End
  18. It Can Never Be The Same
  19. Burn
  20. Play for Today
  21. A Forest
  22. Lullaby
  23. Fascination Street
  24. Never Enough
  25. Wrong Number
  26. The Lovecats
  27. Hot Hot Hot !!!
  28. Friday I’m In Love
  29. Boys Don’t Cry
  30. Close to Me
  31. Why Can’t I Be You ?

Pour finir, une vidéo d’un des grands moments du concert, A Forest:

 

Théau Berthelot

Publicités

Une réflexion sur “The Cure, just like a dream

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s