[CONCERT]: Les Insus? Un vent de nostalgie (Paris-Zénith 09/06/2016)

Attendue comme le messie, la réformation de Téléphone, l’arlésienne qui dure depuis trois décennies, a enfin eue lieu en cette année 2016 avec une tournée qui s’annonce déjà comme le plus gros succès français de l’année (200 000 places vendues en quelques heures, un record). 

IMG_1900

Inutile de préciser que ce deuxième soir au Zénith de Paris a affiché complet en quelques minutes, tant la foule est venue en masse ce jeudi entre quinquagénaires nostalgiques et leurs enfants tout aussi pressés d’entendre ces tubes qui ont marqué les années 80. S’ils ont chacun continué de leur côté une carrière solo, c’est la première fois depuis leur séparation il y a tout juste 30 ans que les trois-quarts de Téléphone remontent sur scène pour une grande tournée. D’emblée, Les Insus (donc ex-Téléphone mais sans la bassiste d’origine, pour d’obscures raisons) nous prouvent que le concert ne tiendra pas sur son décor très épuré (trois spots et une toile de fond) mais sur la performance de quatre musiciens talentueux.

Bien évidemment, ce n’est pas pour de quelconques nouveautés mais pour leur célèbre répertoire que le public est venu remplir le Zénith. Lorsque rugissent les riffs ravageurs de Crache Ton Venin, les 6 000 spectateurs hurlent leur joie et la salle semble être revenue trente ans en arrière. Le groupe a vieilli, le public aussi mais rien n’entache au plaisir de ces joyeuses retrouvailles. En quelques minutes, le groupe a déjà le Zénith (leur salle fétiche d’antan) dans la poche. Et lance un concert marathon de 2h30, égayés de part et d’autres par des tubes impérissables. Ainsi la fosse se transforme en fourmilière au son d’Argent Trop Cher ou reprend d’une seule voix La Bombe Humaine. L’énergie est toujours là, la joie aussi de revenir fouler les planches du Zénith (Louis Bertignac impérial à la guitare, enchaîne les solos), leur salle fétiche.

Sur scène, Aubert et Bertignac jouent de leur complicité comme Mick Jagger et Keith Richards (Bertignac emprunte à ce dernier la panoplie bandana-veste-collier exotique), leurs pères spirituels. Et le public en redemande encore avec deux rappels mérités. Malgré un gros passage à vide au beau milieu du set (composée d’une partie acoustique ayant refroidi l’ambiance, quelques titres interminables et des anecdotes sur les origines de Téléphone), le groupe a livré une performance digne de ce nom, enchaînant les hits mythiques pour le grand plaisir du public. Une performance avec ses forces et ses faiblesses mais tout de même réjouissante, surtout pour la modique somme de 45€ en fosse.

Pour les retardataires, il sera malheureusement difficile de trouver des places, la plupart des concerts étant complets depuis bien longtemps, mais Les Insus feront une bonne vingtaine de festivals cet été. N’écoutez pas les mauvaises langues qui n’y voit qu’un futile geste commercial, et courez voir ce grand bol de nostalgie offert par le quatuor: http://www.lesinsus-portables.net/

IMG_1910

Set-List:

  1. Crache Ton Venin
  2. Hygiaphone
  3. Dans Ton Lit
  4. Fait Divers
  5. Argent Trop Cher
  6. La Bombe Humaine
  7. Au Cœur de la Nuit
  8. 2000 Nuits
  9. Cendrillon
  10. Métro, c’est trop
  11. Fleur de ma ville
  12. J’sais Pas Quoi Faire
  13. Flipper
  14. Le Silence
  15. Oublie Ca
  16. Le Jour S’Est Levé
  17. Electric-Cité
  18. Ce Que Je Veux
  19. New York Avec Toi
  20. Un Autre Monde
  21. Téléphomme
  22. Ca (C’est Vraiment Toi)
  23. Tu Vas Me Manquer

Théau Berthelot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s